ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Farrago éditions 
 
 
Rubriques

Liens

 Home

Nouveautés

GENET 
 
Jean Genet est mort le 15 avril 1986 dans une chambre d’hôtel à Paris. L’écrivain, qui ne s’éprouvait vivant que par son opposition à la société occidentale et aux valeurs de ses « tortionnaires », aurait sans aucun doute considéré avec moquerie la volonté de lui consacrer une exposition. Paule Thévenin, qui fut une très proche amie dans les années 1960, s’insurge en 1993 contre la tentation de célébrer Genet, célébration « qui n’a d’autre but que de l’enfermer, de l’incarcérer, parmi les écrivains célèbres, morts, alors que personne n’a jamais, même mort, été aussi vivant que lui ». 
Loin de vouloir imposer à Genet la contrainte d’une célébration dont, en effet, il n’aurait que faire, les auteurs de ce catalogue, Christophe Bident, Antoine Bourseiller, René de Ceccatty, Pierre Constant, Michel Corvin, Lydie Dattas, Albert Dichy, Thierry Dufrêne, Kadhim Jihad Hassan, Marie Redonnet, Ghislain Uhry, témoignent de la force d’une œuvre aussi brûlante qu’au premier jour. Une riche iconographie regroupant notamment un certain nombre de manuscrits et la publication de remarquables pages inédites de Jean Genet contribuent à l’intérêt de cet ouvrage. 
 
320 p., 28,00 euros 
ISBN : 2-84490-178-6 – Code Sodis : 954973.9
 
 
 
 
Valentin Feldman, Journal de guerre (1940-1941) 
Édition établie par Léone Teyssandier-Feldman et Pierre-Frédéric Charpentier 
 
« Imbéciles, c’est pour vous que je meurs ! » Par ce cri généreux et désespéré, Valentin Feldman prit congé de la vie le 27 juillet 1942, devant les soldats allemands d’un peloton d’exécution. Quelques mois plutôt, le jeune philosophe, élève de Victor Basch, avait fait le choix de l’action clandestine, mettant un terme à l’un des plus beaux journaux de guerre qu’il nous soit donné de lire. Commencé à Rethel, dans la sottise désespérante du cantonnement militaire et la promiscuité des hommes en armes, cet écrit s’étend sur deux années où son auteur en appelle à la solitude pour se défaire de la bêtise, des idées courtes des bien-pensants. Le texte est d’une densité rare, nous conviant à partager une expérience unique, celle de la métamorphose d’une existence en destin. 
Témoin actif de la guerre, penseur de l’engagement, proscrit pour ses origines juives, résistant et bientôt condamné, Feldman écrit en homme libre. Sombres parfois, virulentes, ironiques, légères et tendres aussi, ces pages disent tout à la fois la poésie du monde, la fermeté d’une conscience exigeante, les doutes d’une pensée qui réclame l’action… 
Bien plus qu’un journal de bord, c’est l’œuvre d’un écrivain par sa maîtrise du récit, le tracé ?n des descriptions, la pointe assassine des portraits. Une écriture portée par l’attachement au monde. 
 
352 p., 25,00 euros 
ISBN : 2-84490-177-8 – Code Sodis : 954971.3
 
 
 
 
Monique Petillon, À mi-voix. Entretiens et portraits 
Avant-propos de Silvia Baron Supervielle 
 
 
Critique littéraire, Monique Petillon a toujours privilégié la rencontre avec les écrivains. On trouve ici réunis de grands entretiens et portraits publiés dans le Monde des livres entre 1976 et 2006. Romanciers, poètes, traducteurs se sont confiés sans réticence à cette amoureuse de la littérature pour qui l’être et l’œuvre sont inséparables. Placés sous le signe de la conversation, ces textes échappent à la critique théorique pour donner à entendre des voix singulières et riches qui conduisent le lecteur au cœur même de l’œuvre. Bien plus qu’un rassemblement de textes, cet ensemble compose une célébration de la littérature dans ce qu’elle a de plus vivant. Une conversation à deux voix avec, en fond de tableau,  
la lumière du lieu, le jardin, le village, un paysage aperçu par la fenêtre… C’est là un livre d’écrivain, écrit avec et pour des écrivains. 
 
352 p., 18,00 euros 
ISBN : 2-84490-180-8 – Code Sodis : 954974.2
 
 
 
 
Louis Parrot, Où habite l’oubli 
 
 
Louis Parrot découvre l’Espagne en 1934. Bibliothécaire à l’institut français de Madrid puis à l’université, le jeune autodidacte partage les nuits blanches des poètes espagnols, se lie avec Alberti, Bergamin, Cernuda, Neruda… Il croise Lorca, qu’il admire par-dessus tout. Chassé par la révolution franquiste, il reste hanté par l’Espagne. Quelques années plus tard il compose Où habite l’oubli, qui paraît en 1944 à Genève. Lorca et Machado y occupent tout naturellement la première place : entre l’assassinat du premier à l’aube de la guerre civile, et la mort du second fuyant son pays, s’est joué tout le destin de la république espagnole. Depuis, la fin de la liberté et de l’espoir s’est étendue à toute l’Europe. D’où la gravité qui imprègne ce recueil, qui résonne comme un chant déchirant à l’Espagne et à ses écrivains. 
Poète, romancier, essayiste, critique littéraire, traducteur, journaliste engagé, Louis Parrot (1906-1948) a laissé une œuvre riche et diversifiée. On lui doit un Lorca, un Éluard et un Cendrars dans la collection « Poètes d’aujourd’hui » (Seghers). Et L’Intelligence en guerre, un essai qui fait date dans les écrits sur la Résistance intellectuelle. Si le reste de son œuvre est moins connue, elle réserve pourtant de belles surprises au lecteur d’aujourd’hui. 
 
160 p., 18,00 euros 
ISBN : 2-84490-175-1 – Code Sodis : 954961.2
 
 
 
 
Pierre Halet, La Provocation 
 
 
La Provocation, c’est le complot des nazis qui, le 27 février 1933, incendièrent le Reichstag, mirent l’attentat au compte des communistes et multiplièrent les arrestations et les déportations. Dans le Reichstag en flammes, on arrêta un Hollandais exalté, Van der Lubbe. Déclaré coupable, il fut décapité. 
La Provocation, c’est l’histoire de cet anarchiste hollandais, idéaliste, dans une Allemagne misérable où la révolte côtoie l’indifférence et les compromissions de la faim. Cet homme pur, presque encore un enfant, sera l’instrument choisi par les provocateurs nazis déguisés en révolutionnaires. 
 
Cette tragédie de Pierre Halet (1924-1996) a été créée par la Comédie de Bourges en 1963. Mise en scène de Gabriel Monnet, décors et costumes d’Alexandre Calder et musique de Jean Ferrat. 
 
152 p., 18,00 euros 
ISBN : 2-84490-183-2 – Code Sodis : 715493.1

(c) Farrago - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 7.04.2006
- Déjà 15040 visites sur ce site!